Un LS vivant, mais toujours bloqué

De son déplacement à Kriens, le LS ne ramène qu’un point et reste bloqué dans son évolution. Après avoir mené au score, l’équipe s’est une nouvelle fois faite rattraper sur une erreur individuelle. 21 frappes au but dont 9 cadrées n’auront pas permis aux Lausannois de faire la différence. A 5 points du leader Servette, Lausanne doit profiter de la trêve internationale pour se remettre sur les rails de la victoire. 

Pour ce déplacement au Kleinfeld, Giorgio Contini avait décidé de prendre des positions franches. Le temps presse et le LS ne peut plus se contenter d’attendre de meilleures performances de certains cadres. C’est du moins ce que laisse penser la formation de Contini avant le match. Dans un 3-1-4-2,  exit Rapp et Margiotta, Andi Zeqiri se retrouve « seul » en attaque aux côtés de Oliveira. Le milieu est composé de Asllani, Kukuruzovic, Geismann et Nganga, appuyés par Cabral. A noté que derrière, le LS retrouve le Norvégien Flo, remis de sa blessure et qui reprend la place de Gétaz. Flo, Brandão et Monteiro forment la défense lausannoise. La défaite du LS contre Vaduz n’aura pas donc pas été sans effet.

Avant sa blessure, le Norvégien Flo s’était fait l’auteur de performances de choix. C’est lui qui sera à l’origine de la première grosse occasion du LS à 13ème minute (frappe de Kukuruzovic). Avant cela, c’est le SC Kriens qui s’était montré le plus dangereux. 3 occasions franches, Nico Siegrist en forme, le LS est averti. Mais même averti, c’est toujours Kriens qui porte le danger (6 frappes en direction des goals de Lausanne à la demi-heure). Mais dès la 25ème , le LS remet le nez à la fenêtre et finira pas concrétiser ses occasions.

Alors que l’on joue la 33ème minute, Brandão s’avance dans l’axe du camp des Lucernois et à un peu moins de 30 mètres pique sa balle en direction de Zeqiri qui se retrouve tout seul décentré. Sur la droite du front de l’attaque, ce dernier contrôle et trompe le gardien Simon Enzler. Tant dans l’inspiration que dans la concrétisation ce but démontre si besoin est la capacité des individualités lausannoises à trouver la faille.

De la possibilité de tuer le match, à… 

Dès la reprise de la deuxième mi-temps, le LS se montre dangereux, extrêmement dangereux. Il faut en effet un superbe arrêt du portier lucernois Enzler pour sortir le coup-franc de Kukuruzovic à la 47ème. Sur les 16m de Kriens, le numéro 7 lausannois montre une nouvelle fois que sa patte gauche peut être décisive en faisant plonger le ballon juste derrière le mur. Sur le rebond, Zeqiri ne parvient pas non plus à trouver les filets, Enzler s’interposant à nouveau.

Le même Kukuruzovic aurait pu, dû doubler la mise dans la foulée sur une action de Geismann. Alors qu’elle affiche la volonté (dans les actes et dans l’esprit) de tuer le match, l’équipe se fait surprendre par Kriens. Sur un centre-tir aérien de Ulrich, Thomas Castella semble maîtriser le ballon jusqu’au moment de heurter le poteau et de relâcher le ballon dans ses propres goals. Nous vivons la 52ème minute. But gag, malchance ou erreur, appelez ça comme vous voulez, mais force est de constater que les Dieux ne sont pas lausannois pire, que la guigne colle aux crampons de cette équipe.

La fin de match ne changera rien et le LS ne ramène qu’un point du Kleinfeld, non sans avoir tenté de porter le danger à maintes reprises vers la cage de Kriens. La trêve internationale doit donc permettre à l’équipe de se recentrer sur l’essentiel, la victoire. Dès le 24 novembre à la Pontaise, le LS a un programme costaud qui doit lui permettre d’affirmer son ambition jusque sur le terrain. Après Winterthur, l’équipe s’en ira ensuite à Aarau, recevra Servette et finira à Wil avant la pause hivernale. Autant de matches, d’opportunités face à des concurrents directs d’inverser la tendance actuelle.

Un seul mot d’ordre pour tous les fidèles supporters:

#allezlausanne

PROCHAIN MATCH

Raiffeisen Super League
sam, 31 octobre 2020
Stade olympique de la Pontaise
FC Lausanne-Sport
19:00
FC Vaduz
CLOSE×